La démarche ÉcoCité sur le devant de la scène lors de la journée internationale de l’ISO/TC268

publié le 2 juillet 2019

Le 10 avril 2019, 4 ÉcoCités sont intervenues pour présenter leurs retours d’expérience sur l’utilisation de la méthode ISO 37101, dans le cadre d’une semaine de rencontres internationales d’un comité technique de l’Organisation Internationale de Normalisation dédié aux villes et communautés territoriales durables : le TC 268. Accompagnées dans le cadre du groupe de travail « Formation ISO 37101 » lancé en 2018 par le Lab’ÉcoCité, elles ont présenté leurs projets et leur mode de travail devant un public d’une centaine d’acteurs internationaux et experts de la standardisation au service du développement urbain durable

Du 8 au 12 avril 2019, les experts de l’ISO, de l’AFNOR et de ses équivalents nationaux dans une vingtaine de pays, se sont réunis à Paris pour poursuivre le travail engagé autour de l’élaboration de normes internationales au service des acteurs de la ville. Management de projets urbains, maximisation des retombées positives et contributions au développement durable, indicateurs de performance pour les collectivités et les services urbains, chantiers thématiques (quartiers d’affaires, ville digitale, projets d’aménagement, etc.), tels étaient les thèmes abordés par les représentants français, chinois, russes, allemands, iraniens, sénégalais, coréens, etc. Le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire a accueilli à La Défense la journée du 10 avril, dédiée à la présentation des utilisations de la méthode ISO 37101 par les collectivités et acteurs de l’urbain, faisant la part belle aux retours d’expérience français.

Les chefs de projets de Grenoble-Alpes Métropole, Paris et EPAMARNE, lors de la table-ronde des collectivités françaises utilisatrices de l’ISO 37101, animée par François-Laurent Touzain (360)

Après une présentation du déploiement de la méthode ISO 37101, à l’international mais aussi au sein de l’action du Ministère, et des autres normes issues du TC 268, les porteurs de projets français, chinois, publics ou privés, ont décrit leurs utilisation de la méthode. Entre 3 collectivités chinoises (Tianjin, Hangzhou, Xiaoyi) et quelques entreprises françaises (SUEZ, VINCI, 360, Efficacity), 4 ÉcoCités et 1 DIVD partenaires de la démarche ÉcoCité ont pris la parole :

  • Ville de Paris – Les Parisculteurs

La Ville de Paris porte parmi ses différentes actions ÉcoCité un ambitieux programme de développement de l’agriculture urbaine. Lancés en 2016, Les Parisculteurs sont une série d’appels à projets partenariaux (la municipalité sollicitant les propriétaires de surfaces cultivables, grandes entreprises, SNCF, équipements publics) ayant pour objectif de faire émerger des initiatives d’agriculteurs urbains et de parvenir à 30 hectares mis en culture à Paris d’ici 2020. 7 appels à projets ont été lancés à ce jour, ils incluent aujourd’hui les communes limitrophes et ont donné naissance à une vingtaine de projets opérationnels et très divers.
Jacques-Olivier Bled, chef de projet Agriculture Urbaine au sein de la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement, a été accompagné sur l’utilisation de la méthode ISO 37101 pour l’évaluation du programme : synthèse des indicateurs existants (cibles élémentaires du projet, évaluation PIA Ville de Demain, performance environnementale) et ajouts de retombées positives complémentaires à prendre en compte (gestion des eaux pluviales, formation à l’agriculture urbaine, intégration dans les politiques RSE, coopération décentralisée, etc.).

  • SEM InnoVia (Ville et Métropole de Grenoble)

La Société d’Économie Mixte « InnoVia-Grenoble durablement » est porteuse d’une action ÉcoCité historique sur le projet d’aménagement de la Presqu’Île : 250 hectares de quartiers mixtes et cluster scientifique aux portes du centre-ville grenoblois, en plus d’une ambition d’exemplarité environnementale. La phase opérationnelle du projet allant de 2009 à 2034, avec 50% des opérations livrées à l’horizon 2020, la SEM réinterroge aujourd’hui ses outils de management, dans un contexte de transfert de gouvernance de la Ville vers la Métropole.
L’expérimentation de la méthode ISO 37101 a porté, en 2018, sur deux composantes du secteur Cambridge, un quartier-clé de la Presqu’Île, à dominante résidentielle et déjà livré en grande partie. D’une part, la charte environnementale applicable aux porteurs de projets bâtiment a été analysée pour assurer sa cohérence avec autres documents prescriptifs du projet d’aménagement, et enrichie en intégrant des exigences complémentaires et alignées sur les objectifs de la collectivité. D’autre part, une maitrise d’œuvre a été désignée pour la co-conception du Parc Cambridge, sur la base d’une revue du cahier des charges et des offres finalistes par la matrice de l’ISO 37101, confortant un choix de paysagiste auprès des élus, et préfigurant un outil de dialogue politique à l’usage de la SEM.

  • EPAMARNE – Cœur agro-urbain de Montévrain

Le projet de cœur agro-urbain consiste en un vaste projet d’aménagement de 150 hectares en bordure périurbaine des villes de Montévrain et de Chanteloup-en-Brie dans lequel 20 hectares sont sanctuarisés pour un projet d’agriculture 100% biologique. L’objectif est d’intégrer la dimension rurale du territoire dans le cadre du futur ÉcoQuartier (4 ZAC pilotées par l’EPAMARNE), du point de vue du paysage, des infrastructures (gestion de l’eau et des déchets), de l’éducation, de l’économie et de l’emploi local, etc. La programmation agricole et le lien avec la ville sont l’objet d’une co-construction avec les porteurs de projets et les acteurs spécialisés (Chambre d’Agriculture, foncière agricole, riverains).
L’accompagnement dont a bénéficié l’EPAMARNE en 2018 portait sur la formulation d’objectifs complémentaires au projet agro-urbain, c’est-à-dire en : une structuration des objectifs fondamentaux, une réflexion autour des externalités positives de l’agriculture urbaine, une définition d’un plan d’action et d’évaluation pour la mise en œuvre des externalités les plus facilement mobilisables, et une synthèse de ce travail en vue de son appréhension par les porteurs de projets maraichers, les élus, et autres parties prenantes.

  • VINCI – DIVD Rêve de Scènes Urbaines

Bien que ne faisant pas partie de la démarche ÉcoCité, le Démonstrateur Industriel de la Ville Durable (DIVD) du territoire de Plaine Commune est utilisateur de la méthode ISO 37101 depuis 2016. Ayant pour principe de réunir les acteurs économiques du territoires pour proposer à la collectivités une série d’idées innovantes dans les domaines de l’urbanisme et de la construction, le DIVD catégorise les quelques 150 idées remises annuellement à Plaine Commune grâce à la matrice de l’ISO 37101.
Par ailleurs, Rêve de Scènes Urbaines est, comme les autres DIVD, soumis à une obligation d’auto-évaluation, pilotée par le Ministère de la Cohésion des Territoires (PUCA). Le travail mené avec le Lab’ÉcoCité en 2018 portait sur la structuration de cette évaluation par la méthode ISO 37101, et a permis l’objectivation de la valeur ajoutée du dispositif mis en place par l’association Rêve de Scènes Urbaines, et son adéquation avec les exigences du programme DIVD.

  • Grenoble-Alpes Métropole – projet d’utilisation de la méthode ISO 37101

Partenaire de la démarche ÉcoCité, la Métropole grenobloise est également intervenue pour présenter sa future utilisation de la méthode ISO 37101 dans le cadre du renouvellement urbain de la Centralité Sud : un territoire à fort enjeux urbains, sociaux et économiques, à cheval sur les communes de Grenoble et d’Échirolles. Le projet de la Centralité Sud est aujourd’hui en phase pré-opérationnelle, et la méthode pourra servir à :
1. Structurer la gouvernance et fédérer les parties prenantes autour d’un projet partagé
2. Outiller la Métropole pour sa montée en compétence dans le pilotage de projets complexes
3. Créer un cadre d’échange pour la contractualisation d’un Projet Partenarial d’Aménagement

Pour approfondir ce travail, Grenoble-Alpes Métropole rejoindra en 2019 le groupe de travail « Stratégie & Projet » lancé par le Ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales, en vue du déploiement de la méthode ISO 37101.

Présentation des expériences chinoises et russes

La journée du 10 avril a offert une formidable opportunité de visibilité à la démarche ÉcoCité, et aux acteurs du développement urbain durable et de l’excellence française en la matière. Elle préfigure également l’émergence d’un réseau international de villes utilisatrices de la méthode ISO 37101, au service du partage d’expérience et de l’échange de bonnes pratiques. Les cas d’utilisation de la méthode partagés par les ÉcoCités figurent parmi les plus aboutis à l’heure actuelle, et ont été salués par les experts de la normalisation et le représentants de collectivités étrangères.
Le travail engagé en 2018 se poursuit cette année avec deux groupes de travail animés par la DGALN, l’un dédiés aux opérateurs de l’État lanceurs d’appels à projets territoriaux, l’autres aux collectivités porteurs de projets complexes et stratégie de développement intégrées.

Pour en savoir plus > Les Enjeux - Les villes durables et intelligentes
à la croisée des chemins


Télécharger :