Conception d’une formation à l’utilisation du standard international ISO 37101

publié le 17 juillet 2018 (modifié le 2 mars 2020)

En réponse aux défis écologiques, climatiques et économiques de l’urbanisation, et au caractère structurellement incertain, versatile et complexe des contextes d’intervention, un travail associant 51 pays a permis de définir une méthode de définition et de mise en œuvre de stratégies urbaines intégrées, robustes et agiles : la norme de management ISO 37101, publiée en 2016.

 

ISO 37101 : un support technique pour tirer le meilleur parti d’un projet politique

Ce standard se présente sous la forme d’une boite à outils méthodologique permettant de tirer le meilleur d’un projet politique :
Une méthode permettant d’identifier et de valoriser toutes les externalités positives d’un projet urbain,
Un guide de management permettant de mobiliser efficacement et avec agilité toutes les parties prenantes (élus, techniciens, citoyens), dans la mise en œuvre des projets,
Un vocabulaire commun, permettant à chacun de partager les termes fondamentaux du développement urbain durable, mobilisant 12 domaines d’action concourant à 6 finalités universelles.

En France, le ministère de la Transition écologique et solidaire et le ministère de la Cohésion des territoires lancent une expérimentation pour utiliser le standard ISO 37101 pour les appels à projets territorialisés et les stratégies et les projets urbains ambitieux et innovants.
À l’international, la création prochaine du Club International des Villes ISO 37101 va accélérer la généralisation de cette norme, générant une demande de compétences chez tous les opérateurs.

Une évolution des métiers de l’urbain, un fort enjeu de formation

Si le standard ISO 37101 est un support technique puissant, son utilisation ne s’improvise pas. Il requiert une bonne connaissance des acteurs et concepts de la ville durable, de solides compétences en matière de management, et sa prise en main nécessite d’être accompagnée, pour permettre à des chefs de projets urbains de renforcer leurs compétences en management transversal et leur rôle moteur, aux côtés de leurs élus, dans la transformation des territoires.

Les Ministères de la Cohésion des Territoires et de la Transition Écologique et Solidaire, au travers de la démarche ÉcoCité qui appuie les territoires dans la définition de leurs stratégies urbaines, a décidé d’accélérer la montée en compétence des opérateurs urbains français sur le standard ISO 37101, en créant une formation à l’utilisation de la méthode et en organisant sa diffusion :

1. Au sein du Lab’ÉcoCité, espace d’incubation de la démarche, 5 porteurs de projets urbains ambitieux sont accompagnés pendant un an pour utiliser la méthode,
2. Les enseignements de ces études de cas sont assemblés pour constituer un module de formation de 2 jours, à destination, dans un premier temps, des cadres territoriaux des EcoCités,
3. Des partenariats de diffusion sont créés avec des organismes de formation (écoles d’ingénieurs, de commerce, CEREMA), pour accélérer la montée en compétence des professionnels de l’urbain avec des formations dispensées dès 2019.

Les ÉcoCités-pilotes de l’experimentation

  • Paris Arc de l’Innovation sur le projet Parisculteurs
  • Métropole de Grenoble sur le projet presqu’île
  • Métropole de Toulouse sur le projet d’aménagement Toulouse Aérospace
  • EPAMARNE sur le projet du cœur agro-urbain de l’ÉcoQUartier de Montévrain projet
  • et le DIVD Rêves de Scènes Urbaines

Le Calendrier  

Expérimentation 2018, diffusion à partir de 2019

Les chiffres clefs  

  • 6 finalités et 12 domaines d’actions
  • 51 pays
  • 5 pilotes français
    Une formation de 2 jours autour des 5 études de cas dès 2019